Nouvelle exposition

Petre Velicu
Exposition du 24 novembre au 22 décembre 2016

Dernières expositions

- Felix Aftene
Exposition du 6 au 28 octobre 2016
- Marek Halter
Exposition du 21 janvier au 20 février 2016
La route des chefferies

L’artiste

Ce patriarche octogénaire et notable de la Cour royale Bandjoun mène une vie paisible dans son domicile du quartier Hiala, à l’entrée de la chefferie. Paul Tabhou dit Nzu Tekom (de son titre de notabilité) est né vers 1930. Le propriétaire des établissements Tabue et fils, spécialisé dans la sculpture et le perlage des objets en bois, fait partie des espèces en voie de disparition. Il est le dépositaire d’une tradition qui se perpétue depuis au moins trois générations et qu’il a réussi avec beaucoup de succès à transmettre à sa progéniture notamment son fils Séraphin Tabue et son petit-fils.

Outre la sculpture, Paul Tabhou est l’héritier et le chef coutumier du plus grand lignage des neuf notables de Bandjoun (Tekomghé). Il est membre de plusieurs confréries coutumières ou sécrètes, parmi lesquelles la redoutable confrérie des neuf notables. Cette position lui permet de voir du dedans et en profondeur le fonctionnement des us et coutumes de cette chefferie, ce qui transparait dans son art et influence ses productions plastiques.

Sa vie, c’est la sculpture qu’il habille avec des perles depuis l’âge de 6 ans, sa résidence est d’ailleurs un véritable musée. Ses œuvres sont entrées dans les palais et palaces du monde entier ainsi que dans les musées les plus insoupçonnés.

Après huit décennies de vie, il affiche l’ardeur d’un jeune homme qui commence sa carrière, pourtant ce médaillé du mérite camerounais a déjà récolté quelques lauriers et refusé près de 15 propositions d’immigration vers l’Europe, le Canada et les USA. En plus des membres de sa famille pour qui l’art de sculpter et de broder est une affaire de « sang », Paul Tahbou a formé en un demi-siècle, près de 100 personnes (artistes et/ou artisans) venues d’horizon divers.

A 80 ans sonnés, Nzu Tékom ne songe pas à prendre sa retraite. Ce monument vivant a signé les plus belles réalisations du royaume par ses sculptures immortelles et, comme il le dit lui-même, c’est le cercueil qui le séparera de l’art.

 

L'artisan Paul TABHOU {PNG}
L'artisan Paul TABHOU





 -  RSS 2.0 - Mentions légales et crédits

Services

Rechercher sur le site

S'authentifier