Nouvelle exposition

Petre Velicu
Exposition du 24 novembre au 22 décembre 2016

Dernières expositions

- Felix Aftene
Exposition du 6 au 28 octobre 2016
- Marek Halter
Exposition du 21 janvier au 20 février 2016
La route des chefferies

L’Ouest-Cameroun : un des foyers les plus brillants...

Le Cameroun, pays très diversifié tant du point de vue des peuples que des paysages, a vu éclore une multitude de civilisations qui ont su développer des productions plastiques diverses et originales. Les Hautes-Terres de l’Ouest ne dérogent pas à la règle telle en témoigne la richesse des trésors des Chefferies.

Une terre, des civilisations

PNG

Au fond du Golfe de Guinée, s’étirant de la forêt équatoriale au sud au lac Tchad au Nord, le Cameroun est souvent considéré comme une Afrique en miniature ou « toute l’Afrique dans un seul pays » comme le dit le slogan touristique.

Appelée à juste titre “Grassfields” (ou “Grassland”), la région des collines verdoyantes de l’Ouest est une terre fertile. Cette qualité a favorisé l’implantation de peuples qui ont développé au fil des siècles certaines des civilisations les plus élevées d’Afrique noire : celles des Bamiléké et des Bamoun. Encore de nos jours, ce territoire et ces peuples sont reconnus comme étant particulièrement entreprenants sur le plan économique et dynamique culturellement parlant.

L’histoire de ces peuples reste obscure malgré les apports de l’archéologie. Ainsi, si une présence humaine est attestée sur ce territoire il y a plus de 25 000 ans, les témoignages matériels qui nous sont parvenus sont peu nombreux, cela s’expliquant notamment de par la faible utilisation de la pierre et l’humidité altérant les œuvres d’art essentiellement sculptées à partir du bois.
Si par la langue, l’art et même l’organisation sociale les Bamoun se rapprochent de leurs voisins les Bamiléké, le pouvoir politique se répartit en unités de taille très différentes. Le royaume Bamoun, qui a pour capital Foumban, est l’entité sociale et culturelle le plus vaste de la région (du point de vu de sa superficie) ; à ceci s’ajoute la langue unique qui est, avec l’attachement que voue ce peuple à la dynastie régnante de Foumban, des atouts majeurs de sa singularité. Dans toute la région des Grassfields, les communautés ont bâti des « micro-états » qui donnent cette myriade de petits royaumes dont les chefs, sultans ou rois ont une autorité certaine sur leurs populations.

Quoi qu’il en soit, le sultanat et les chefferies ont mis en harmonie, l’autorité royale, les populations et les coutumes, et ont permis à ces entités de résister aux affres du temps.

L’art des Grassfields : fruit de l’histoire et produit de son époque

En Afrique ou le caractère oral de la transmission est prépondérant, l’art en devient d’autant plus important qu’il est un support de transmission des valeurs séculaires de ces peuples ; d’où la grande place que ces sociétés ont accordé et accordent encore aujourd’hui aux artistes. Ceci a encouragé un mécénat royal, la profusion des ateliers royaux dans la région mais aussi l’essor d’artistes sculpteurs indépendants. Des ateliers qui ont connu des sorts divers au fil des siècles. L’exemple du roi Njoya (1875-1933) chez les Bamoun, ou celui du roi Fotso I à Bandjoun, illustrent très bien cette politique mécènale mise en place dans les cours du Cameroun.

De ce fait, la patrimoine matériel des Bamiléké et des Bamoun constitue un témoignage unique de ce qu’ont été et de ce que sont encore l’identité, les valeurs, le système de pensée et la manière de concevoir l’organisation sociale, politique et religieuse des peuples de ce territoire.

S’il possède une certaine homogénéité, l’art des Grassfields – de par la multiplicité des centres de création que sont les chefferies – reste protéiforme et conserve certains particularismes en fonction du lieu de création. Il n’en demeure pas moins que les œuvres d’art de ces peuples possèdent souvent un caractère universel de par leurs thématiques (la mort, la fertilité, le sexe, le sacré…) et leur esthétisme intrinsèque est d’ailleurs reconnu sur le marché de l’art depuis maintenant plusieurs décennies.






 -  RSS 2.0 - Mentions légales et crédits

Services

Rechercher sur le site

S'authentifier