Tudor BANUS

BIOGRAPHIE

Artiste-peintre

Né le 8 juillet 1947 à Bucarest, Roumanie. Diplômé en architecture et Urbanisme. Etudes de peinture à l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris. Etablit à Paris en 1972. Il a environs 70 expositions personnelles en France, Etats-Unis, Suisse, Autriche, Allemagne, Belgique, Grande Bretagne. Il a illustré plus de 25 livres, dont Jules Verne, Grimm, Thomas Jefferson, Jack London, Didier Decoin, Doris Lessing, Mircea Càrtàrescu, Ion Barbu, Serban Foartà, etc. Depuis 1976 il collabore avec plus de 50 journaux et revues, dont Le Monde, Die Zeit, The New York Times, L’Express, Le Point, Marianne, etc.

En 1979, il obtient le prix pour le plus beaux livre pour la jeunesse, avec “Les Musiciens de la ville de Brême” des Frères Grimm. En 2004 le Ministère de la Culture de Roumanie lui décerne le Prix National pour les illustrations de L’Enciclopédie des Dragons de Mircea Càrtàrescu (Ed. Humanitas).

Quelques expositions personnelles depuis 1974: Librairies Shakespeare, Paris - Palais Palffy, Vienne, Autriche - Lyn Kottler Gallery, New-York - Centre Culturel, Köln, Allemagne - Galerie de l’Oxus, Paris - Galerie Bernard Lethu, Genève - Galerie Der Zeinchner, München, Allemagne - Galerie Jardin de la Paresse, Paris - Dehnburger Hof, Nürnberg - Centre culturel Boulogne - Mairie de La Rochelle - Klingspor Museum, Francfort-sur-le-Main - Galerie Jan de Maere, Bruxelles - Agence Havas, Neuilly-sur-Seine, France - Eurogallery, Londres - Galerie Martin Caille, Paris - Goethe Institut, Schw. Hall - Dumont-Liedenmann Museum, Düsseldorf - Galerie Centre Rachi, Paris - Laboratoire Antic, Basel - Galerie Christian Croset, Nogent – sur Marne - Galerie du Forez, Paris - Musée National d’Art de Bucarest - Musée d’Art de Timisoara, Roumanie etc.

Les critiques d’art utilisent fréquemment, pour décrire l’œuvre de Tudor Banus, la comparaison avec Dürer, Bosch, Archimboldo et des mots comme fantaisie fertile, grotesque, exubérance, crayonnage facétieux, rigueur minutieuse, fantasmagories hallucinées, plume précieuse et rare...

L’œuvre de ce dessinateur, graveur, peintre, illustrateur n’a pas besoin d’être défendue en tant que bilan artistique. La reconnaissance de sa valeur a été éclatante dans des milieux nouveaux pour lui, de Paris et New York, où les talents locaux et du monde entier foisonnaient déjà.

Dans l’Occident - l’artiste, fraîchement arrivé, jeune diplômé, après des études d’architecture à Bucarest, sa ville natale, capitale de la Roumanie, où il est né en 1947 – s’est imposé, par ses contributions graphiques majeures, dans les pages des plus prestigieux journaux et magazines, comme un des plus imaginatif, complexe, profond, maître incontesté du trait de plume ou de crayon.

La liste de ces publications est trop longue pour les mentionner toutes. Citons : Le Monde avec deux décennies de présence impressionnante, concrétisée par des centaines de dessins, Marianne, New York Times, die Zeit, Welt am Sonntag, le Figaro, Magazine Littéraire, Focus, les Echos, Harper’s, CE QU’ILS EN ONT DIT... News,…

Malgré leur moindre importance, il ne faut pas oublier la vingtaine de livres illustrés par Tudor Banus, dont « Les Musiciens de la Ville de Brême », qui a reçu à Paris, le prix du plus beaux livre pour la jeunesse, Particularly Cats, de la future prix Nobel, Doris Lessing, chez Simon ans Schuster, New York, et pour les lecteurs roumains, la fameuse « Enciclopedia Zmeilor » qui signifie l’ » Encyclopédie des Dragons », du « nobélisable », Mircea Càrtàrescu, parue chez « Humanitas », il y a quelques années.

Tudor Banus s’est fait connaître également comme peintre à travers un nombre important d’expositions personnelles, plus de 50, dans des villes comme Paris, Vienne -Autriche, New York, Münich, Londres, Düsseldorf, Bruxelles, Bochum, Limoges,…

Son talent se manifeste par son inventivité, sa créativité, la matérialisation des idées philosophiques, religieuses, politiques, des situations conflictuelle ou de crise, des métaphores et allégories de toutes sortes. C’est définitivement un talentueux intellectuel dans l’art du trait, quelqu’un qui passe les images par le filtre de l’intelligence, de l’histoire, de la connaissance, de l’analyse, de la critique acerbe ou indulgente, parfois de l’humour ou de la dérision, avant de les mettre sur papier ou sur toile, quelquefois pour notre enchantement, autrefois pour une contemplation amusante ou douce-amère.

Tudor Banus plait ou ne plait pas, mais il ne laisse pas indifférent.
[smartslider3 slider=2]

CE QU’ILS EN ONT DIT...

"Ce peintre illustrateur allie une fantaisie extraordinaire à un foisonnement typiquement baroque donnant naissance à un délire fantastique et original : Dürer revu et corrigé par les Surréalistes."

L’Express

"Tudor Banus a deux qualités qui sont rarement réunies dans la même personne, celles du talent et de l’intellect. Il est capable de satisfaire à la fois l’exigence esthétique et intellectuelle. Il est un important artiste contemporain."

The New York Times

"Tout cela a dès à présent une odeur de musée, de chef d’œuvre retrouvé, de cabinet de magicien et d’antre d’alchimiste. Il y a là une sorte de délire contrôlé, une perfection du dessin qui défie la critique..."

La Libre Belgique

VIDEO

PRESSE

Tudor BANUS

BIOGRAPHIE

Artiste-peintre

Né le 8 juillet 1947 à Bucarest, Roumanie. Diplômé en architecture et Urbanisme. Etudes de peinture à l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris. Etablit à Paris en 1972. Il a environs 70 expositions personnelles en France, Etats-Unis, Suisse, Autriche, Allemagne, Belgique, Grande Bretagne. Il a illustré plus de 25 livres, dont Jules Verne, Grimm, Thomas Jefferson, Jack London, Didier Decoin, Doris Lessing, Mircea Càrtàrescu, Ion Barbu, Serban Foartà, etc. Depuis 1976 il collabore avec plus de 50 journaux et revues, dont Le Monde, Die Zeit, The New York Times, L’Express, Le Point, Marianne, etc.

En 1979, il obtient le prix pour le plus beaux livre pour la jeunesse, avec “Les Musiciens de la ville de Brême” des Frères Grimm. En 2004 le Ministère de la Culture de Roumanie lui décerne le Prix National pour les illustrations de L’Enciclopédie des Dragons de Mircea Càrtàrescu (Ed. Humanitas).

Quelques expositions personnelles depuis 1974: Librairies Shakespeare, Paris - Palais Palffy, Vienne, Autriche - Lyn Kottler Gallery, New-York - Centre Culturel, Köln, Allemagne - Galerie de l’Oxus, Paris - Galerie Bernard Lethu, Genève - Galerie Der Zeinchner, München, Allemagne - Galerie Jardin de la Paresse, Paris - Dehnburger Hof, Nürnberg - Centre culturel Boulogne - Mairie de La Rochelle - Klingspor Museum, Francfort-sur-le-Main - Galerie Jan de Maere, Bruxelles - Agence Havas, Neuilly-sur-Seine, France - Eurogallery, Londres - Galerie Martin Caille, Paris - Goethe Institut, Schw. Hall - Dumont-Liedenmann Museum, Düsseldorf - Galerie Centre Rachi, Paris - Laboratoire Antic, Basel - Galerie Christian Croset, Nogent – sur Marne - Galerie du Forez, Paris - Musée National d’Art de Bucarest - Musée d’Art de Timisoara, Roumanie etc.

Les critiques d’art utilisent fréquemment, pour décrire l’œuvre de Tudor Banus, la comparaison avec Dürer, Bosch, Archimboldo et des mots comme fantaisie fertile, grotesque, exubérance, crayonnage facétieux, rigueur minutieuse, fantasmagories hallucinées, plume précieuse et rare...

L’œuvre de ce dessinateur, graveur, peintre, illustrateur n’a pas besoin d’être défendue en tant que bilan artistique. La reconnaissance de sa valeur a été éclatante dans des milieux nouveaux pour lui, de Paris et New York, où les talents locaux et du monde entier foisonnaient déjà.

Dans l’Occident - l’artiste, fraîchement arrivé, jeune diplômé, après des études d’architecture à Bucarest, sa ville natale, capitale de la Roumanie, où il est né en 1947 – s’est imposé, par ses contributions graphiques majeures, dans les pages des plus prestigieux journaux et magazines, comme un des plus imaginatif, complexe, profond, maître incontesté du trait de plume ou de crayon.

La liste de ces publications est trop longue pour les mentionner toutes. Citons : Le Monde avec deux décennies de présence impressionnante, concrétisée par des centaines de dessins, Marianne, New York Times, die Zeit, Welt am Sonntag, le Figaro, Magazine Littéraire, Focus, les Echos, Harper’s, CE QU’ILS EN ONT DIT... News,…

Malgré leur moindre importance, il ne faut pas oublier la vingtaine de livres illustrés par Tudor Banus, dont « Les Musiciens de la Ville de Brême », qui a reçu à Paris, le prix du plus beaux livre pour la jeunesse, Particularly Cats, de la future prix Nobel, Doris Lessing, chez Simon ans Schuster, New York, et pour les lecteurs roumains, la fameuse « Enciclopedia Zmeilor » qui signifie l’ » Encyclopédie des Dragons », du « nobélisable », Mircea Càrtàrescu, parue chez « Humanitas », il y a quelques années.

Tudor Banus s’est fait connaître également comme peintre à travers un nombre important d’expositions personnelles, plus de 50, dans des villes comme Paris, Vienne -Autriche, New York, Münich, Londres, Düsseldorf, Bruxelles, Bochum, Limoges,…

Son talent se manifeste par son inventivité, sa créativité, la matérialisation des idées philosophiques, religieuses, politiques, des situations conflictuelle ou de crise, des métaphores et allégories de toutes sortes. C’est définitivement un talentueux intellectuel dans l’art du trait, quelqu’un qui passe les images par le filtre de l’intelligence, de l’histoire, de la connaissance, de l’analyse, de la critique acerbe ou indulgente, parfois de l’humour ou de la dérision, avant de les mettre sur papier ou sur toile, quelquefois pour notre enchantement, autrefois pour une contemplation amusante ou douce-amère.

Tudor Banus plait ou ne plait pas, mais il ne laisse pas indifférent.
[smartslider3 slider=2]

CE QU’ILS EN ONT DIT...

"Ce peintre illustrateur allie une fantaisie extraordinaire à un foisonnement typiquement baroque donnant naissance à un délire fantastique et original : Dürer revu et corrigé par les Surréalistes."

L’Express

"Tudor Banus a deux qualités qui sont rarement réunies dans la même personne, celles du talent et de l’intellect. Il est capable de satisfaire à la fois l’exigence esthétique et intellectuelle. Il est un important artiste contemporain."

The New York Times

"Tout cela a dès à présent une odeur de musée, de chef d’œuvre retrouvé, de cabinet de magicien et d’antre d’alchimiste. Il y a là une sorte de délire contrôlé, une perfection du dessin qui défie la critique..."

La Libre Belgique

VIDEO

PRESSE

Tudor BANUS

BIOGRAPHIE

Tudor Banuș - The artistic pathway

About the significant encounters

I strongly believe there are a number of essential encounters in our lives and I also believe that my encounter with Tudor Banuș was and remains a significant one.

I met Tudor Banuș in Paris, during my student years. Later, I obtained a scholarship in France and that was the moment when Tudor Banuș offered me, with trust and friendship, the chance of having an internship in his studio. I had the opportunity for a whole summer to have contact with all the existent works of the artist in Nogent-sur- Marne studio (including also magazines, publications, books, critical texts etc.)

Seven years later, this idea appeared in this National Project of Tudor Banuș Retrospective in Romania.

The first part of this project is the exhibition, Encounter in printed pages, (Tudor Banuș- Honoré Daumier) in The National Art Museum of Romania; in this exhibition, the work of Tudor Banuș will be revealed with the works of Honoré Daumier.

Important stages of Tudor Banu's work will be exhibited in the Museum of Art in Timisoara, Cluj and afterwards in the Palace of Culture in Lasi.

The exhibition of the Museum of National Art in Romania marks an anniversary moment, as it will be opened a few days before the artist's birthday.

Tudor Banuș was born on the 8th of July 1947 in Bucharest, Romania and is the son of Maria Banuș (the well known writer and poet). At the age of 14, the same age as his mother had been when she made her debut in Tudor Arghezi's magazine Parrot Tickets, Tudor Banuș will make his artistic debut in the satirical magazine Urzica (1961). In his artistic parents library he was fascinated by the perfection of engravings from the Middle Ages. During his teens he often visited the studio of the artist Rudolf-Schweitzer Cumpana, whom he considers his artistic mentor.

Tudor Banuș obtained a BA in Architecture at the Architecture and Urbanism Institute in Bucharest (1971). One year later, he settled in France where initially he worked as an architect. Parallel to this,he studied techniques of oil painting and engraving at the Ecole Superieure de Beaux Arts in Paris.

Starting in 1976, he started collaborating with one of the most important publications in the world: Le Monde (for more than 30 years), and also L'Express, Le Point, Le Figaro, Die Zeit, The New York Times and The New York Magazine.

During his productive career as a painter and grafician, Tudor Banuș had approximately 70 solo shows in Paris, Bruxelles, London, Munchen, Hamburg, Wien, Dusseldorf, Nurenberg, Geneva, Basel, New York; he illustrated 30 books such as Jules Verne, Brothers Grimm, Thomas Jefferson, Doris Lessing, Mircea Cartarescu, Seban Foarta etc.

He received in France, in 1979, the award for the most beautiful illustrated book The Musicians of Bremen (Brothers Grimm). In 2004, the Ministry of Culture awarded Tudor Banuș the National Prize for illustrating the book The Encyclopedia of Dragons, by Mircea Cărtărescu.

Tudor Banuş's work can be defined as an architecture of humanity, a construction in which the artist operates from several perspectives, assuming several roles: the artist is a fine psychologist (and by a deep analysis of the unconscious of the characters who inhabit his canvases, offers a wide range of experiences ).The essence of Tudor Banuş's work focuses in revealing the tensions and anguish of the contemporary world.

Assuming the role of a "sociologist" generates an analysis of the various layers of the society in which we live: the economical and political crises we are facing are a reflection of the inner crises. The long transition periods lead to additional adaptation efforts in a society based on consuming, in which power ratios (rather than value ones) become predominant.

The essence of Tudor Banuş's work comes ,paradoxically, from the association of a harsh reality, reflected with his inner exuberance and his borderless imagination, with the ludic spirit and fantasy. Even if on one hand he creates apocalyptic contexts that do not seem to predict something good, on the other hand he also offers a kind of optimism with the humorous notes that appear in many of his drawings or paintings.

[smartslider3 slider=2]

CE QU’ILS EN ONT DIT...

"Ce peintre illustrateur allie une fantaisie extraordinaire à un foisonnement typiquement baroque donnant naissance à un délire fantastique et original : Dürer revu et corrigé par les Surréalistes."

L’Express

"Tudor Banus a deux qualités qui sont rarement réunies dans la même personne, celles du talent et de l’intellect. Il est capable de satisfaire à la fois l’exigence esthétique et intellectuelle. Il est un important artiste contemporain."

The New York Times

"Tout cela a dès à présent une odeur de musée, de chef d’œuvre retrouvé, de cabinet de magicien et d’antre d’alchimiste. Il y a là une sorte de délire contrôlé, une perfection du dessin qui défie la critique..."

La Libre Belgique

VIDEO

PRESS